La revue de presse   de  www.Betancourt.info 

>Ajouter cette page à mes favoris

>Rechercher sur le web

Outils de traduction :   >Free.fr  >Google


Yolanda Pulecio ne se fait pas trop d'illusions concernant une supposée libération prochaine de sa fille

07/08/2007 - La F.M.

La journaliste vénézuélienne Patricia Poleo affirme qu'Ingrid Betancourt serait au Vénézuéla et qu'elle serait remise prochainement par le président Hugo Chávez au Gouvernement français.

Patricia Poleo, qui a  diffusé cette information, a assuré à la station de radio la FM, que cette information lui aurait été fournie par des militaires du pays voisin.

Une agence de presse italienne, Adn Kronos, affirme qu'Ingrid Betancourt serait remise à Cecilia Sarkozy.

Le journaliste affirme qu'Ingrid Betancourt se trouverait dans la région de Lorza située à la frontière colombienne, dans une propriété du frère du ‘ Mono Jojoy ’, un des dirigeants des Farc, et qu'elle aurait pu arriver dans ce pays grâce à la collaboration du gouvernement vénézuélien avec la guérilla du Farc.

Poleo a informé que le président du Vénézuéla, Hugo Chávez, remettra Ingrid Betancourt, Clara Rojas et Emmanuel au Gouvernement français, et que la liberation se réaliserait lors la visite qu'effectuera très prochainement la première dame française au Vénézuela.

Yolanda Pulecio, la mère de l'ex candidate présidentielle Ingrid Betancourt, a appris la nouvelle via la station de radio "la FM", et a déclaré qu'elle ne se faisait pas beaucoup d'illusions sur cette possible libération. Mais qu'Ingrid était devenue un symbole de la liberté.

Information démentie par Paris

Consultées, les autorités françaises ont nié que la première dame, Cecilia Sarkozy, ait prévu de voyager au Vénézuéla

Selon des sources du cabinet de la première dame, Cecilia Sarkozy « n'a prévu de voyager ni au Vénézuéla ni rn Colombie ». De plus, ces sourcesont nié l'implication de la femme du président, Nicolas Sarkozy, dans tout projet de libération imminente d'Ingrid Betancourt .

A l'Elysée, on qualifie de « bruits » les informations selon lesquelles Ingrid serait déjà à Elorza », une commune située à la frontière du Vénézuéla avec la Colombie, et sur le point d'être libérée.

« Ces bruits ont pu sortir après la liberation des infirmières en Libye mais le cas d'Ingrid Betancourt n'a rien voir » avec celui des professionnels de la santé, ont ajouté les sources de l'Elysée.

"On ne confirme absolument pas, mais on reste pleinement mobilisés pour obtenir la libération des otages, en particulier de notre compatriote Ingrid Betancourt", a déclaré Pierre-Jérôme Hénin, porte-parole adjoint de l'Elysée.

De son côté, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a fait état de "rumeurs et de spéculations."

La Fédération internationale des comités Ingrid Betancourt (Ficib), qui rassemble les divers comités de soutien, a également démenti ces informations.

"Aucune des sources fiables avec lesquelles nous sommes en contact permanent, en France et en Colombie, n'a pu confirmer ces informations publiées par une journaliste vénézuélienne", peut-on lire dans un communiqué émis par la Ficib.


>Tous les titres du mois 


> Poser une question,
   envoyer un commentaire

>www.Betancourt.info